Gazette du samedi no 4

TC SAMEDI

Sponsorisé par le vélo club la pompe des caves des Collons…

LA GAZETTE DU SAMEDI

Une pépite à l’état brute…

Le groupe du TC Samedi recèle un joyau un diamant. Serait-ce un saphir, une émeraude, mieux que tous ces brillants il s’agit d’une sommité propre à une espèce rare un savant. Le phénomène qui se cache derrière ces superlatifs est le célèbre mycologue Jean-Paul la Morille.

Une enfance dans laquelle l’amour du ballon avait une place incommensurable pour ses panards une passion qui lui a permis de sillonner la campagne fribourgeoise. Il exprime son art sans réserve pour le football des talus. La découverte des espaces verts sur lesquels il évolue, souvent le nez dans l’herbe, déclenche alors chez lui un odorat particulier celui d’avoir une puissance plus développée que ceux disponibles chez le parfumeur Fragonard à Grâce.

Ce pif dont il est un rare dépositaire, cet odorat hors du commun, il le met en valeur après chaque fonte des neiges dans le Val d’Hérens. Sortant de sa tanière à l’aube (difficile de savoir s’il rentre seulement où sort déjà) son panier au bras en route pour une chasse spéciale la virée à la morille. Cet exercice demande des précautions particulières tels que ne pas avoir en poche de bâtonnets de Vicks pour lutter contre le rhume, ne pas sucer de bombons Ricola aux herbes, ne pas avoir frictionner ses pieds avec de la crème Scholl avant le départ.

Le « Morilleur » est un personnage qu’il ne faut pas confondre avec le truffier. Pour la truffe le chien fait le boulot grâce à son flair. Pour la morille c’est le Mecque qui fait fonctionner son appendice nasal. Autre spécification être capable de distinguer la « morille espagnole (crotte de chien) de l’espèce la charnue humicole sylvestre où la patricole à l’ascocarpe creuse celle dite la saveur des bois.

Le Valais et surtout les Collons sont heureux de pouvoir abriter un chercheur d’exception. Capable de pouvoir détecter son odeur et sa présence grâce à la fameuse formule :

Longueur du bipède divisée par le poids multiplié par le pourtour du bide moins la grandeur de la codasse cela permet de pouvoir humer la Marchella à près de 10 mètres et de tomber pile dessus.

Un fait divers est pourtant à mettre en exergue l’annonce dans le Nouvelliste de la COOP. Le grand distributeur annonce une vente action de la délicieuse espèce charnue à la même période que notre mycologue nous a annoncé sa grande virée au Val d’Hérens.  Les mauvaises langues auront tôt fait de penser que lors de la halte pour l’achat d’une salade il complètera son panier avec la précieuse action au cas où….

Personne pour affirmer ou infirmer… le grand vadrouilleur a programmé son arrêt commission à Martigny il n’est pas encore connu dans le bas Valais.

Une chance toutefois pour le groupe du TC Samedi en cas d’une cueillette record. Notre spécialiste Dr. Es Morille va nous confectionner un feuilleté aux précieux ascomycètes lors de notre visite de juillet chez nos amis du Groupe E.

Des Farinets au vainqueur du derby…

Le Farinet fait office de billets de banque, en Valais, c’est pourquoi notre « Fribourgo-Valesco » Jean-Paul des Collons va offrir à l’équipe qui remporte le prochain derby une prime.  Le généreux donateur a longtemps hésité il a supprimé l’Euro les marchés sont trop volatiles. Son statut de double Cantonal l’autorise à disposer d’un compte bancaire en billets Farinets. Le sponsor précise qu’aucune contestation n’est possible même venant des banquiers sur les courts. Le montant alloué à l’équipe qui gagne la rencontre se fera bien en billets Farinet.

La perspective que la formation du TC Samedi gagne le derby est réelle. Cette victoire est un casse-tête comment se débarrasser de coupures encombrantes. La solution est d’ores et déjà trouvée la commission des voyages va modifier le programme de la sortie automne 2018. En lieu et place d’une visite dans le pays de Baky la République d’Albanie avec comme point de chute sa capitale Tirana. Cette modification de trajectoire est nécessaire car les billets Farinet ne peuvent pas être convertis en Lek monnaie de cette république. Dès lors, les délégués aux voyages Georges et Charles-Antoine nous annonce que la sortie sera en Valais et non aux Iles Borromées.

Première étape Lavey avec une plongée dans des eaux thermales bienfaisantes qui apporteront un nettoyage du corps et de l’esprit. Ce passage dans une eau chaude va ressourcer les matières grises de l’esprit et faire naître la vitalité dans le groupe.

Pour la suite une croisière reposante sur l’océan caché de St. Léonard. Plongé dans un monde sous-marin d’un univers unique le vertige des grandes profondeurs va permettre à chacun de trouver une vision apocalyptique.

Le clou de cette sortie sera constitué de la découverte du sentier des bolets. Placé sous la haute compétence du plus grand mycologue du Valais Jean-Paul la Morille l’itinéraire va d’Evolène aux Haudères au pied de la Dent Blanche et de ses 4357m. Au retour aux Refuge des Collons la ferme à Cui-Cui où nous dégusterons la marmotte à la broche une spécialité du patron.

Cette variante est l’option retenue si le TC Samedi gagne la timbale et les Farinets qui vont avec le jour du derby. Une manière intelligente de pouvoir les écouler sans peine.

Belo